Les lectures de Novembre

Bonjour, explorateurs de l’imaginaire,

Quelques découvertes en ce mois de novembre confiné 2020 avec seulement 3 lectures mais un cumul de pages important comme vous allez le constater.

Giant Days Tome 1

J’ai commencé doucement avec le premier volume de l’intégrale de Giant Days tome 1 scénarisé par John Allison et illustré par Lissa Treiman puis Max Sarin publié aux éditions Akileos. Il s’agit d’une réédition en intégrale d’un comics déjà publié par les éditions Akileos en 2017. J’étais complètement passée à côté lors de sa première sortie en 2017 et j’avais encore raté le coche pour l’édition de l’intégrale. C’est en voyant annoncée la sortie du troisième volume que j’ai fait la connaissance de cette série dont le dessin rond et les couleurs acidulées en mode cartoon m’ont séduite. J’ai donc commandé le premier volume à ma librairie BD et voilà! C’était d’ailleurs une lecture de saison car l’album est sous titré « Automne ». Une belle découverte que je vous raconte dans l’article dédié à Giant Days tome 1.

Les personnages principaux du premier volume de Giant Days. Un genre de dream team d’étudiants anglais

Suite à la lecture de ce premier volume, j’ai inscris les deux suivants sur ma pile à lire et je surveille John Allison et Max Sarin qui semblent avoir des travaux en cours.

Dune – tome 1 de Franck Herbert

J’ai eu la chance de recevoir le premier tome du cycle de Dune en participant à l’opération Masse critique du site Babelio. C’est aussi, en quelques sortes, mon premier service presse! Le principe de Masse critique est simple: un livre en échange d’une chronique à publier sur le site Babelio dans le mois suivant la réception de l’ouvrage.

C’est donc avec un peu de pression sur le délai à tenir que j’ai lu les 618 pages de Dune. Une expérience que je vous raconte ici.

Dune fait actuellement l’objet d’une lecture commune organisée par Cornelius. Il fera certainement une vidéo sur sa chaine suite à sa lecture.

Dune a été une lecture assez dense. L’œuvre mérite bien son statut privilégié au sein de la littérature de science fiction et le propos est d’une modernité folle et presque déconcertante. Il s’agit ici du premier tome d’un cycle mais il peut se lire de façon isolée comme un one shot. Je n’ai pas encore décidé si je me lancerai dans la suite de la saga. Je pense que cela dépendra aussi du rythme de publication que proposera Robert Laffont.

Au service surnaturel de sa Majesté de Daniel O’Malley

Après Dune et avant de retrouver la famille Cazalet, j’avais besoin d’une lecture détente. Et miracle de la fusion des bibliothèques, j’ai trouvé The Rook de Daniel O’Malley publié aux éditions Super 8 en 2014. Le livre, ainsi que sa suite Agent double, sont édités en format poche chez pocket. Il ne me paraissait pas si volumineux mais l’objet littéraire non identifié en question pèse quand même 665 pages. J’avais de fortes attentes pour ce roman crédité d’un très bon 4/5 et de bonnes critiques sur Babelio.

L’histoire est celle de Myfanwy, jeune femme à la mémoire singulièrement vide, qui se réveille dans un parc londonien entourées de cadavres. Dans sa veste, une lettre: « Chère toi, le corps que tu habites actuellement m’appartenait. »

De lettres en lettres et de péripéties en péripéties, nous découvrons la Checquy, une organisation secrète chargée de combattre les forces surnaturelles qui menacent la couronne britannique. Et c’est un euphémisme que de dire que cette version paranormale des services secrets dysfonctionne sévèrement.

L’auteur déborde d’imagination pour brosser le portrait d’une Angleterre en proie à des évènements surnaturels et protégée par une Checquy loufoque qui frise l’incompétence à longueur de mission. Daniel O’Malley alterne entre lettres de la véritable Myfanwy et narration des péripéties de celle qui occupe son corps. Très malin au départ, ce procédé a fini par me lasser, allongeant et diluant parfois inutilement les intrigues principales.

Actu SF propose une jolie critique de ce premier volume qui fera l’objet d’une adaptation en série produite par Stephanie Meyer (l’auteur de Twilight).

Une petite déception donc avec ce livre mais qui me donne l’occasion de vous conseiller d’autres romans détournant les codes des services secrets:

  • en version Steampunk avec loups garous et vampires, les 5 tomes du Protectorat de l’ombrelle de Gail Garriger, série très imaginative, romanesque et divertissante
  • version louis XVI avec la série « Au service secret de Marie Antoinette » de Frederic Lenormand, bijou d’humour, d’érudition et duo d’enquêteur improbable pour un cosy mystery à la française et un service d’espionnage en robes et perruques poudrées. Ce roman a fait l’objet d’une présentation en club de lecture.

Et vous? Quelles sont vos lectures de novembre?

Je vous souhaite de bonnes lectures et que l’imagination soit avec vous!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s