JAZZBOX au Grand Théâtre de Lorient

Du 6 au 26 janvier 2020, le théâtre de Lorient accueille la délicieuse exposition Jazzbox de Cécile Léna et Philippe Méziat. Je vous la raconte. Attention, cet article comporte des spoilers 🙂

L’exposition

Disséminés dans le hall du Théâtre de Lorient, se dressent huit isoloirs noirs agrémentés d’une bande rouge verticale. Chacun de ces petits cocons porte une étiquette avec les mentions suivantes:

  • mettre le casque
  • appuyer sur l’interrupteur
  • durée de la visite 3 à 5 minutes
  • ne pas toucher l’écran

Le visiteur entre donc dans l’isoloir et se retrouve dans le noir. Il coiffe le casque et appuie sur l’interrupteur. La lumière bleue qui entoure l’interrupteur s’éteint et la magie commence.

Une lumière s’allume dans la box. Petite lumière comme une flamme de bougie. Une partie du décor se dévoile, la musique se faufile dans les écouteurs. Un univers visuel et sonore émerge. L’habillage sonore reprend des éléments du décor, c’est ainsi qu’on pourra entendre une bouilloire siffler ou des oiseaux chanter. Une lumière s’éteint, une autre s’allume, éclairant une autre partie du décor dont on se demande comment on avait ne pas pu la voir. La boite est petite mais la profondeur est énorme, le visiteur est happé dans le cadre. L’histoire se déroule autour de lui.

Chaque maquette sonore et visuelle se fait le théâtre d’une ambiance et d’une histoire sur fond de jazz. L’ expérience est immersive, chaude, savoureuse. Un voyage dans l’histoire et des lieux emblématiques du jazz.

J’ai commencé l’aventure à Détroit dans un cabaret dont les chaises étaient posées pieds en l’air sur les tables. Un piano jouait et un pied de micro attendait sa chanteuse dont la voix chaude a envahi la scène.

Puis je me suis retrouvée dans un appartement Ethiopien à Yaltyopya. L’entrée en était toute simple. Le jour s’est levé au chant des grillons et des oiseaux. Puis des cris d’enfants et des klaxons se sont mêlés à la chaleur de la musique Jazz.

Cuba était l’étape suivante.

Puis Paris. Plus précisément les toits de Paris. Deux vasistas se sont éclairés. Puis une grande fenêtre. Duke Ellington s’est invité avec son Mood to be wooed tandis que Chloé et Colin, échappés de L’écume des jours partageaient un instant de grâce et de sensualité hors du temps.

Autre instant de magie avec la Jazzbox Casablanca. La scénographe nous invite ici au cinéma. Sur un mur du décor défilent les images du film Casablanca, comme un home cinéma délicieusement rétro.

La bande annonce du film Casablanca:

Je tairai la Box New yorkaise pour vous laisser découvrir la pluie tambouriner sur la marquise du BirdLand.

Mais qui sont les deux coupables de ce bijou jazzy?

Cécile Léna

Cécile Léna est scénographe. Elle crée Léna d’Azy en 2005 à Bordeaux. Dans son atelier, lui même une invitation au voyage dans le temps, elle invente, imagine et réalise en collaboration avec des professionnels du spectacle vivant des spectacles immersifs au carrefour de la création théâtrale et de la scénographie. La maquette est la scène. La maquette nous raconte une histoire.

JazzBox est un projet monté en septembre 2013 au Théâtre des 4 saisons de Gradignan. Depuis, comme les autres créations de Léna d’Azy, l’exposition voyage sur le territoire.

Cécile Léna a plusieurs cordes à son arc. Scénographe diplômé de l’Ecole supérieure d’Art Dramatique du Théâtre National de Strasbourg, elle a conçu les décors et costumes de pièces de théâtre pour de nombreux metteurs en scène.

Ses activités de plasticienne associées à son talent de scénographe ont donné naissances à de nombreuses maquettes dont celles de Jazzbox. Elle a déjà plusieurs spectacles miniatures à son actifs:

  • L’Espace s’Efface en 2008
  • Des Airs et des Accords en 2010 pour la manifestation « tous à l’Opéra »
  • JazzBox créé en 2013
  • Freeticket Kilomètre zéro en 2017, commande des Champs Libres pour l’inauguration de la Ligne Grande Vitesse à Rennes.
kilomètre zéro par Léna d’Azy

Elle est également dessinatrice et a publié une série d’illustrations pour le journal Sud Ouest et illustré plusieurs ouvrages. On peut notamment admirer son coup de crayon dans l’ouvrage Le joli petit monde d’Hubert Reeves de Hubert Reeves et Christophe Aubel.

Cécile Léna à propos de Jazzbox:

« Ma démarche consiste ici à inverser le processus : ce n’est pas le texte qui dicte l’espace mais l’espace scénique – cristallisé à l’état de maquette – qui nous raconte une fiction (…). La rencontre avec Philippe Méziat et ses récits sur le jazz, l’histoire de cette musique de par le monde, les anecdotes qui en font la trame, ont donné matière à mon imagination. »

Je vous invite à visiter sa page internet. Les photos de son atelier sont une fenêtre sur son imaginaire. J’y ai retrouvé le même esprit jazz et rétro que dans ses box.

https://www.lenadazy.fr/

Philippe Méziat

L’autre coupable, le Partner in crime de Léna d’Azy pour cette exposition est lui aussi multi casquettes. D’abord enseignant en philosophie, il se spécialise ensuite dans le journalisme spécialisé en Jazz et photographie à partir de 1989. Critique Jazz pour Sud Ouest et Jazz Magazine, il rédige également de nombreux textes sur son blog. En 2001 il fonde le Bordeaux Jazz Festival auquel il mettra fin en 2008.

Philippe Méziat à propos du Jazz:

Le Jazz n’est rien de bien essentiel s’il n’est partage et partagé. Il est une musique noble et populaire à la fois, il continue à nous entourer, à nous questionner, à nous révéler.

Il met ici son talent et son érudition au service de Cécile Léna pour rédiger les textes qui accompagnent les box et sélectionner les morceaux qui les habillent.

https://philippe-meziat.blogspot.com/

Et les autres

Pour rendre les maquettes réellement magique, troubler notre perception, capter notre regard, évader notre esprit, il; faut toute une équipe. On citera spécialement Loic Lachaize ingénieur du son à qui Cécile Léna a demandé « du son pour des objets.  » Il réalise avec la scénographe l’habillage sonore et réalise le scénario de la bande sonore.

Quant à José Victorien, on peut dire qu’il est celui par qui la lumière fut. Il met en lumière le relief, l’espace et le temps de la narration.

Pour en savoir plus sur la conception de ces univers jazzy et cosmopolites, je vous invite à regarder le reportage sur le spectacle.

Horaires de l’exposition

Du mardi au vendredi de 13h à 18h, sur les horaires d’ouverture de la billetterie,
et les soirs de représentations au Grand Théâtre de Lorient entre 19h et 20h et jusqu’à une heure après les représentations.

http://theatredelorient.fr/spectacle/jazzbox/

Bonne visite dans l’univers de Léna d’Azy et que l’imagination soit avec vous.

Une réflexion sur “JAZZBOX au Grand Théâtre de Lorient

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s